VACANCES AU SKI: il est où le bonheur?

Filles d’hippies rejetant totalement, durant leur jeunesse, ce qui ressemble de près ou de loin à une certaine forme de luxe, nous avons appris, ma sœur et moi, à apprécier les choses simples de la vie !

Nos départs en vacances, c’était : une Renault surchargée, un papa aux abois, « Ibis » comme hôtel d’étape ou pire encore, un trajet en train-couchettes pour aller skier (toujours aussi surchargés, nos trajets en train valent à eux seuls un article).

Arrivés à destination, nous séjournions dans un minuscule appartement où nous chopions inévitablement une angine ou une gastro, nous prenions un bus pour nous rendre sur les pistes et le pire de tout : nous nous retrouvions dans un groupe de ski avec 20 autres enfants, la morve au nez et la larme à l’œil! Le midi, c’était l’inévitable sandwich!

Et je ne sais pas pourquoi, il faisait toujours mauvais…

Ahhh les joies du ski, que de merveilleux souvenirs ! Lorsque nos parents en ont eu marre de se coltiner des enfants systématiquement malades durant leur unique semaine de vacances, ils ont décidé de nous envoyer à la montagne avec nos grands-parents…

A partir de ce moment, nous en avions fini avec nos hippies de parents, place à la grande vie !

Munis également de grandes valeurs humaines mais appréciant aussi les très belles choses, nos grands-parents n’étaient pas contre le fait de séjourner dans des stations de grandes renommées comme Crans-Montana ou Courchevel. Et finalement, en quoi serait-ce contradictoire ?

Fini le train, fini les navettes pour rejoindre les pistes, fini les appartements douteux et les sandwichs congelés le midi. A présent, nous découvrions les vraies vacances au ski !

Et je ne sais pas pourquoi, il faisait toujours beau…

Courchevel restera toujours pour moi la station de ski par excellence. Evidemment, elle a ses défauts dont le plus rébarbatif étant l’exubérance de luxe à outrance. Néanmoins, Courchevel agit sur moi comme une madeleine de Proust et c’est toujours les yeux écarquillés que je redécouvre ses rues, ses magasins, ses restaurants et surtout ses palaces !  

Quant à la station de Méribel, nous la découvrîmes en séjournant à Courchevel lorsque la démonstration de luxe fût à son apogée.

Inondés par les Champagne shower, nous rêvions de nous « délocaliser » et de profiter de Méribel, ce village si authentique, si paisible et tout aussi magnifique. Mes parents (à présent nettement moins rébarbatifs au confort), ma soeur et moi rêvions donc pendant plusieurs longues années d’acheter un appartement à Méribel Village, notre pépite à nous !

Après des dizaines de visites, nous sommes tombés, un peu par hasard, sur notre appartement, notre cocon familial.

Nous pouvons, à présent, allier le plaisir d’être entre nous, dans un appartement, de pouvoir manger un sandwich sur les pistes ou d’aller dans un endroit branché à Courchevel le midi ; de rester le soir dans notre appartement en survet’ ou de dîner dans un resto typique de Méribel.  Finalement, tout est toujours une question d’équilibre!

Et je ne sais pas pourquoi, ici, qu’il neige ou qu’il y ait du soleil, nous trouvons toujours la météo fabuleuse !

About

Bonjour, Je suis Céline. Passionnée de voyages depuis toute petite, je vous propose la sélection de mes pépites! Hôtels, restaurants, place to be or to see, voici mon carnet d'adresses!

You may also like

Laisser un commentaire